Articles Tagués ‘sociétés militaires privées’

L’appel au mercenariat par les États, principalement les USA durant les conflits d’Afghanistan et d’Irak, est en constante augmentation depuis 15 ans.

L’appel au mercenariat par les États, principalement les USA durant les conflits d’Afghanistan et d’Irak, est en constante augmentation depuis 15 ans. En 2010, 207.000 mercenaires étaient employés par les Américains alors que seulement 175.000 soldats de l’armée régulière américaine étaient déployés. Les Russes font également appel à ce type de troupes : la plupart du temps des Tchétchènes aguerris.

Les dépenses du Pentagone pour ces sociétés militaires privées (SMP) sont passées, de 1999 à 2008, de 145 milliards à 410 milliards d’euros. Le Pentagone ne saurait plus s’en passer. C’est à cette conclusion que sont arrivés Sean McFate, professeur au National Defense University et membre du Conseil Atlantique, ainsi que la Rand Corporation. McFate lui-même, qui servit d’abord dans l’armée régulière, fut ensuite embauché par la société DynCorp en Afrique. McFate affirme que les USA ont ouvert la boîte de Pandore du mercenariat. Selon lui, l’augmentation des SMP est liée au transfert mondial des structures de pouvoir. Par le passé, il était du ressort exclusif des États-nations, mais un « ordre mondial multipolaire » est en train de se former, sous l’aspect de SMP, d’ONG et d’États, engagés dans une concurrence d’influence. L’utilisation de SMP est une ingérence directe dans le monopole du pouvoir d’État. McFate appelle cela « le nouvel esprit du Moyen Âge », puisque nous sortons en quelque sorte de l’ordre engendré par le traité de Westphalie – qui mit fin à la guerre de Trente Ans entre l’Allemagne et la Hollande en 1648 – et à l’origine des États-nations en Europe. Les armées de mercenaires qui vendaient leurs services au plus offrant, dont on ne savait pas toujours s’ils répondaient à l’offre, ou s’ils créaient l’offre, existaient déjà à l’époque.

George W. Bush et son ministre de la Défense Donald Rumsfeld réformèrent l’armée américaine de telle façon que les tâches non reliées directement à la guerre soient confiées à des entreprises privées. C’est ainsi que Halliburton, durant la dernière guerre en Irak, fut chargée de l’approvisionnement des bases américaines, pendant que Blackwater et DynCorp assurèrent la formation et la sécurité, puis la reconstruction du pays.

McFate souligne encore que lorsque les politiciens lancèrent la guerre en Irak, ils ne pensaient pas qu’elle serait si longue. Il ne leur resta alors que trois possibilités : le retrait, l’appel à la conscription comme au Vietnam et, enfin, l’appel aux sociétés privées. C’est cette solution qui fut choisie. C’est ainsi que se développa ce phénomène hors contrôle de l’État.

Les SMP ne sont pas soumises au contrôle parlementaire et leurs attributions sont opaques. Un rapport gouvernemental de 2011 dénonce escroqueries et corruption, liées à ces SMP. Elles s’élèvent à 53 milliards d’euros, aux frais du contribuable américain. Malgré les critiques virulentes contre les pratiques de Blackwater, responsable entre autres du massacre de 17 civils irakiens, et de DynCorp, accusée de travail bâclé et de surfacturation, les USA continuent à traiter avec ces entreprises.

Suite à ces scandales à répétition, le président de Blackwater, Erik Prince, a rebaptisé sa société Academi. McFate ne croit pas que ces entreprises mercenaires disparaîtront. Il affirme qu’actuellement, en Ukraine, 500 mercenaires d’Academi sont déployés.

Source : Boulevard Voltaire.

Publicités

eclair001.pngLa présence américaine en Afghanistan ne se limite pas aux quelque 5 500 hommes (chiffres de décembre 2014) engagés dans l’opération otanienne Resolute Support qui regroupait 13 336 soldats en fin d’année dernière ).

Les Américains vont engager dans leur opération Freedom’s Sentinel près de 11 000 soldats (ce nombre comprend ceux de Resolute Support).

Ces militaires sont appuyés, selon les données officielles publiées la semaine dernière, par 39 609 contractors dont 14 222 sont Américains .

Le détail de leurs fonctions a également été précisé:
Base Support: 3 564 ( 9%)
Commo Support 1 255 ( 3%)
Construction: 4 595 (12%)
Logistique/Maintenance 16 596 (42%)
Sécurité 1 511 ( 4%)
Formation 1 069 ( 3%)
Traduction/Interpretariat 2 218 ( 5%)
Transport 3 763 (10%)
Services médicaux et sociaux 238 ( 0%)
Management/Administration 3 566 ( 9%)
Autres 1 234 ( 3%)

Rien sur le renseignement… Les contractors qui travaillent dans ce domaine tombent-ils dans la rubrique autres? A défaut de certitude, on peut parier que quelques centaines (davantage si l’on prend en compte les traducteurs) d’entre eux oeuvrent dans ce domaine.

Ils sont employés par CACI, SAIC, Sierra Nevada, PSI et quelques autres firmes US. A la liste ajoutons Mission Essentail Personnel et L3 National Security Solutions qui viennent de décrocher de nouveaux contrats dans l' »intelligence support » :

Mission Essential Personnel LLC, Columbus, Ohio, was awarded a $9,952,731 firm-fixed-price multi-year contract with options for intelligence support to U.S. forces in Afghanistan. Work will be performed in Afghanistan, with an estimated completion date of July 9, 2016. One bid was solicited with one received. Fiscal 2015 operations and maintenance (Army) funds in the amount of $9,952,731 are being obligated at the time of the award. Army Contracting Command, Rock Island, Illinois, is the contracting activity (W560MY-15-C-0003).

L-3 National Security Solutions Inc., Reston, Virginia was awarded a $7,076,616 firm-fixed-price contract for intelligence support to U.S. forces in Afghanistan. Work will be performed in Afghanistan with an estimated completion date of July 9, 2016. One bid was solicited with one received. Fiscal 2015 operations and maintenance (Army) funds in the amount of $5,307,462 are being obligated at the time of the award. Army Contracting Command, Rock Island, Illinois, is the contracting activity (W560MY-15-C-0002).

 Ouest-France.