Articles Tagués ‘Mercenaires’

Le manque de supervision de l’armée américaine est cité dans une enquête du Sénat visant la compagnie de sécurité privée Blackwater, qui a permis à ses employés d’utiliser des armes sans autorisation en Afghanistan, a-t-on appris mardi à la commission de la Défense.

Au cours d’une enquête de plusieurs mois, la commission a relevé des cas d’utilisation « imprudente » d’armes par les personnels de la société Paravant, une filiale de Blackwater. Elle a noté un processus de sélection des employés peu sérieux, certains ayant un passé judiciaire.

Une violation des règles concernant l’obtention et le port d’armes en Afghanistan, ainsi qu’un manque de supervision de la part des autorités militaires américaines, ont été constatés.

« Pourquoi la question des sous-traitants est-elle si importante? La vérité c’est que dans le combat contre les talibans, la perception que les Afghans ont de nous est cruciale », a dit le sénateur Carl Levin président de la commission.

M. Levin s’exprimait devant la presse à la veille d’une audition devant la commission qui aura lieu mercredi à 09H30 (14H30 GMT) pour examiner l’affaire Blackwater/Paravant. Plusieurs responsables de la société privée ont été invités à témoigner.

A l’automne 2008, Paravant est devenu sous-traitant de la société Raytheon avec pour mission de former des membres des forces de sécurité afghanes.

Le 5 mai 2009, deux employés de Paravant en Afghanistan, Justin Cannon et Christopher Drotleff, ont ouvert le feu provoquant la mort de deux Afghans et en blessant trois autres. Ils ont depuis été inculpés par la justice américaine.

Selon le ministère de la Justice, cité par la commission, l’incident a « créé des difficultés diplomatiques » pour les Etats-Unis en Afghanistan, engendrant des conséquences sur « la sécurité des intérêts américains ».

Déjà, en décembre 2008, des employés de Paravant s’étaient illustrés en parcourant une rue assis sur le toit d’un véhicule en marche, avec des kalachnikovs chargées en main. Une irrégularité du terrain a fait tressauter le véhicule, et l’une des armes a libéré une salve, qui a blessé gravement à la tête l’un des employés.

Selon la commission, il aura fallu attendre le deuxième incident pour que les autorités militaires s’intéressent à Paravant. « Espérons que l’armée sera bien plus prudente » à l’avenir, a dit M. Levin mardi.

En outre, précise la commission, les instructeurs de Paravant n’étaient pas autorisés à porter des armes. Les collaborateurs des élus qui ont mené les enquêtes ont découvert que Blackwater/Paravant s’était procuré des armes dans un dépôt qui était réservé aux forces de sécurité afghanes. Ce dépôt, nommé Bunker 22, était contrôlé par l’armée américaine.

M. Levin a affirmé que seules quelques unes « des centaines d’armes » indûment détenues par les sous-traitants ont été restituées.

Parallèlement, deux élus démocrates du Congrès ont déposé mardi une proposition de loi visant à interdire à l’administration et à l’armée américaine de faire appel à des sous-traitants dans les zones de combat, notamment en Irak et en Afghanistan.

Blackwater – aujourd’hui Xe – avait été mise en cause après la fusillade qui avait fait quelque 17 morts le 16 septembre 2007 à Bagdad, impliquant des agents de la société de sécurité et qui avait poussé le pouvoir irakien à annoncer la fin de la licence de l’entreprise en Irak.

Source : Le Matin (Lausanne), 24 février 2010.

Publicités

Le jeudi 18 mars 2010 à l’école militaire de 9 heures à 17 heures 30, les Ecole de Saint-Cyr Coêtquidan (ESCC), le Centre de Doctrine d’Emploi des Forces (CDEF)et le Collège de l’Enseignement Supérieur de l’Armée de Terre (CESAT), soutenus par la Fondation Saint-Cyr , organisent en amphithéâtre LOUIS un colloque sur le thème   « Les forces armées face au défi de la privatisation de l’action militaire : Comment, pour une armée régulière, coopérer sur le terrain avec les sociétés militaires privées ? »

Pour la première fois dans l’armée de Terre, le Centre de Recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, le Centre de Doctrine d’Emploi des Forces et le Collège de l’Enseignement Supérieur de l’Armée de Terre organisent, le jeudi 18 mars 2010, un colloque interarmées et international de réflexion traitant de la place et de l’emploi des sociétés militaires privées dans les conflits modernes.

Le maintien de la légitimité de nos engagements armés est une condition fondamentale de réussite des missions qui sont confiées, à nos forces, par les autorités politiques. Or les missions des forces armées, notamment de stabilisation, les amènent à côtoyer fréquemment des sociétés militaires privées, lesquelles évoluent dans un vide juridique et éthique maintes fois souligné. Comment mieux faire cohabiter, voire coopérer, ces deux acteurs ?

Face à cette situation, les pays occidentaux apportent des réponses différentes, ainsi des pays à culture libérale sont plutôt favorables à ces sociétés militaires privées alors que les pays à culture régalienne comme la France sont plus réservés.

Pratiques :

Organisé par les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan – le Centre de Doctrine d’Emploi des Forces – le Collège de l’Enseignement  Supérieur de l’Armée de Terre

  • Jeudi 18 mars 2010 – 09h00 – 17h30
  • Amphithéâtre Louis – Ecole Militaire – 1 place Joffre 75 007 Paris.
  • Exclusivement sur inscription : 01 44 42 47 57

Courriel : stephanie.catalan@cdef.terre.defense.gouv.fr

Source : Theatrum Belli, 22 février 2010.

Le ministre irakien de l’Intérieur a ordonné l’expulsion de 250 anciens employés de la compagnie de securité Blackwater présents en Irak au moment de la fusillade sanglante de septembre 2007 à Bagdad.

« Nous avons envoyé un ordre à 250 anciens agents de Blackwater, qui travaillent aujourd’hui pour d’autres compagnies de sécurité, de quitter le pays dans les sept jours et nous leur avons confisqué leur permis de séjour », a affirmé jeudi à l’AFP Jawad Bolani.

Source : AFP, 12 février 2010.