Hakan Fidan, ex-chef du MİT : son dévouement n’était pas sans faille

Publié: février 12, 2015 dans Moyen-Orient
Tags:, , ,

Il y a cinq jours, le chef des services de renseignement turcs (MİT) Hakan Fidan a quitté ses fonctions pour se présenter aux prochaines élections législatives. Une décision qui n’est pas du goût du président Erdoğan, et qui soulève de nombreuses questions quant aux directions que va prendre le gouvernement.

De l’ombre à la lumière

Le président Recep Tayyip Erdoğan, dans un éloge dithyrambique d’Hakan Fidan, a dit de ce dernier qu’il était le « gardien des secrets de l’État ». Nous étions alors en 2012. Trois ans plus tard, l’ex-chef du MİT veut sortir de l’ombre et, pour changer, agir sur la politique au su et au vu de tous. Il a donc quitté son poste vendredi dernier, et a dans la foulée annoncé sa participation aux élections législatives du 7 juin sous la bannière AKP.

hakan_fidanHakan Fidan a commencé sa carrière en tant que sous-officier dans l’armée turque, avant de gravir les échelons jusqu’à devenir président de l’Agence publique de coopération internationale en 2003, puis, en 2007, sous-secrétaire d’État adjoint au cabinet du Premier ministre, qui était à l’époque Recep Tayyip Erdoğan. Après sa nomination il y a cinq ans à la tête des services de renseignement turcs, Fidan est rapidement devenu indispensable à ce dernier, qui a fait de l’institution un des principaux appuis de sa politique. Il était donc chargé des affaires les plus sensibles, telles que celles touchant à la politique turque vis-à-vis de la Syrie, ou encore celles regardant Daech. Il était également responsables des négociations de paix avec le chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) Abdullah Öcalan, et constituait un pilier dans la guerre livrée par Erdoğan au mouvement Gülen.

Mais cette alliance entre les deux hommes est aujourd’hui remise en cause, le président de la République ayant réprouvé la soudaine reconversion de son ancien homme de main.

Un président circonspect

Si Fidan a longtemps été très utile à Erdoğan, ce dernier le lui rendait bien ; le chef du MİT a toujours été protégé par le gouvernement lorsqu’un scandale éclatait, comme en 2013 où il avait été accusé par le journaliste d’investigation américain David Ignatius d’avoir vendu les identités d’au moins dix espions du Mossad à Téhéran, ou encore lorsque, en 2012, la justice lui avait reproché d’avoir abusé de son mandat dans les discussions de paix secrètes avec le PKK. Erdoğan, alors Premier ministre, avait été jusqu’à faire voter une loi exonérant les agents du MİT de rendre des comptes à la justice.

Il est dubitable à présent que le Président fasse d’autres faveurs à Fidan : il a demandé au potentiel futur député de reconsidérer sa décision, conseil qui n’a pas été suivi. Erdoğan aurait également affirmé que Fidan avait dû être alléché par certaines propositions ; il est vrai qu’il serait étonnant que ce dernier se contente de la fonction de député. Le vice-Premier ministre Bülent Arınç a renchéri, arguant que l’ex-chef des renseignements était bien plus utile à son ancien poste.

Il est cependant à noter que le Premier ministre Ahmet Davutoğlu ne partage pas cet avis, et a même salué l’initiative de Hakan Fidan, parlant de le faire entrer au gouvernement. Cette dissonance au sein de l’administration fait en ce moment beaucoup parler : le Premier ministre voudrait-il s’émanciper ? Chercherait-il des soutiens au sein du Parlement afin d’empêcher le mouvement initié par Erdoğan vers un système présidentialiste ? Quoi qu’il en soit, dans l’hypothèse où Davutoğlu déciderait de faire de Fidan un ministre, il aurait besoin de l’approbation du président. Un président qui, s’il a par le passé œuvré pour faciliter la vie de M. Fidan, pourrait décider de la compliquer.

Victoria Coste.

Source : Aujourd’hui la Turquie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s