Écoutes téléphoniques en Macédoine : Gruevski plus fort que la Stasi

Publié: février 10, 2015 dans Cyber-espionnage, Europe
Tags:, , , ,
JPEG - 81.2 ko
La conférence de presse de Zoran Zaev lundi 9 février

20.000 personnes sont sur écoute depuis des années, soit 1% de la population macédonienne. Parmi elles, les chefs de l’opposition, mais aussi les membres des ONG ou de l’Académie des Sciences, des journalistes, des évêques, et même la ministre de l’Intérieur… Lundi, le chef de l’opposition Zoran Zaev a rendu publiques les preuves qu’il annonçait depuis quelques jours.

Zoran Zaev a finalement lancé sa « bombe », mais elle n’a pas eu l’effet escompté auprès de l’opinion publique. En effet, ses hésitations ont joué en sa défaveur, laissant le temps nécessaire au Premier ministre pour en limiter les effets. Depuis plus de dix jours, le chef de l’opposition se trouve sous les salves médiatiques d’un discours bien rodé le présentant comme un traître à la nation.

La stratégie de défense du pays est entre de bonnes mains avec, depuis le week-end dernier, la création d’un nouveau mouvement citoyen, le Mouvement pour la défense de la Macédoine, mené par des intellectuels, artistes et autres éminences grises qui, comme en période de campagne électorale, vont aux quatre coins du pays pour rassembler des signatures de soutien et réveiller la conscience de la population sur les dangers qui menacent le pays, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Cela sonne comme un appel, à peine voilé, à la dénonciation de toute personne qui oserait émettre une opinion différente.

C’est dans ce contexte que les révélations de Zoran Zaev sont passées en troisième ou quatrième titre des journaux télévisés, sans extrait sonore et avec un commentaire du présentateur sur la « véritable » origine des enregistrements : les services secrets étrangers.

Zoran Zaev explique qu’il s’agit d’écoutes systématiques et illégales de milliers de personnes, sur les ordres directs du Premier ministre Nikola Gruevski, du chef des services secrets Sasho Mijalkov et de Goran Gruevski, cousin du Premier minstre et chef de la Cinquième direction du ministère de l’Intérieur. Le SDSM a déposé plainte.

Les conversations de Zoran Zaev sont écoutées depuis quatre ans, comme celles d’autres membres de l’opposition, de journalistes, d’hommes d’affaires, de membres des ONG, de l’Académie des sciences (MANU), du Saint synode de l’Église orthodoxe macédonienne, de proches de l’opposition, du chef du BDI, Ali Ahmeti, de l’opposition albanaise Rufi Osmani et Menduh Thaci, et même de l’ancien Premier ministre Ljupcho Georgievski.

« Ce type d’écoutes massives ne peut être mené que par des services nationaux gouvernementaux », assure Zoran Zaev, appelant l’opinion publique et la communauté internationale à suivre attentivement la situation. « Nous avons perdu confiance dans le système judiciaire. Nous déposons ce recours afin de laisser une trace », a-t-il lâché.

Courrier des Balkans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s