Liban, Marion Maréchal-Le Pen, Mossad… Les confessions posthumes de l’ex-otage Roger Auque

Publié: février 7, 2015 dans Europe, Moyen-Orient
Tags:, , ,
Cinq mois après le décès de Roger Auque, emporté par une tumeur au cerveau, Fayard a publié, mercredi, un ouvrage écrit peu avant sa mort par le journaliste et diplomate, dans lequel il revient sur les secrets politiques et diplomatiques qui ont marqué sa vie quelque peu tumultueuse, rapporte le Figaro.Dans Au service secret de la République, Roger Auque revient notamment sur la période de sa vie pendant laquelle il était otage au Liban.Enlevé à Beyrouth le 13 janvier 1987, le journaliste restera otage pendant onze mois. Dans son « livre testament », il revient notamment sur les conditions de sa libération, indique le quotidien français. « Je le confirme, de l’argent, beaucoup d’argent a été remis en échange de notre libération », écrit Roger Auque, qui précise que ce n’est pas Paris qui a payé, mais Mouammar Khaddafi. Selon le journaliste, cet argent aurait permis le remboursement d’une dette à l’Iran par le biais d’une commission.

Roger Auque évoque aussi le volet psychologique de ces mois de captivité et se demande s’il est réellement sorti un jour de sa détention libanaise. « Ma prison est devenue intérieure », écrit-il, tout en reconnaissant ayant manqué de prudence avant son enlèvement.

Mario Maréchal-Le Pen

Dans son livre, Roger Auque aborde aussi sa relation avec Marion Maréchal-Le Pen, petite fille de Jean-Marie Le Pen. En 2013, L’Express avait révélé que Roger Auque était le père biologique de Marion Maréchal-Le Pen. « Je suis bien le père biologique de Marion Maréchal-Le Pen », écrit-il dans Au service secret de la République. Il relate une « histoire d’amour » avec Yann Le Pen, fille du fondateur du Front national et soeur de Marine Le Pen, l’actuelle présidente du parti d’extrême droite. Ce n’est que dix mois après de la fin de cette histoire, que le journaliste apprend l’existence de sa fille. Pendant de longues années, il sera tenu à l’écart de Marion par le clan Le Pen. Il reprendra néanmoins contact en 2012, durant l’entre-deux tours de la présidentielle historique pour le FN.

Roger Auque raconte également comment avec l’aide de Nicolas Sarkozy, alors président, il sera nommé ambassadeur en Érythrée.

Roger Auque reconnaît aussi avoir été « mercenaire des services secrets » (DGSE française, CIA), principalement pour des raisons financières et indique avoir notamment collaboré avec le Mossad : « J’ai été rémunéré par les services secrets israéliens pour effectuer certaines missions, par exemple des opérations secrètes en Syrie, sous couvert de reportage », assure-t-il.

L’Orient-Le Jour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s