Les services secrets restent sous le feu de la critique

Publié: février 6, 2015 dans Europe
Tags:, , , ,

Markus Seiler, patron du Service de renseignement de la Confédération et proche d’Ueli Maurer, essuie les critiques des commissions du parlement depuis 2012.

Markus Seiler, patron du Service de renseignement de la Confédération et proche d’Ueli Maurer, essuie les critiques des commissions du parlement depuis 2012.

Ce n’est toujours pas l’amour fou entre les élus fédéraux et les services secrets suisses. Les premiers déplorent que les seconds n’aient toujours pas présenté une gestion des risques internes. Ils regrettent aussi que le controlling ne soit pas indépendant. Ils redoutent enfin une sous-dotation en personnel avec les nouvelles missions qui attendent le Service de renseignement de la Confédération (SRC).

D’où fusent les critiques exactement? Du dernier rapport des commissions de gestion du parlement, publié cette semaine à Berne. La délégation chargée de la surveil­lance des services secrets s’est penchée notamment sur la gestion des risques internes suite au vol de données qu’a subi le SRC en mai 2012. On se souvient qu’un informaticien avait copié un important volume de fichiers sensibles, les avaient emmenés à son domicile et comptait les revendre à des tiers.

Pas de mesures concrètes
La gestion interne des risques est-elle désormais sous contrôle? Non, si on en croit le rapport de la délégation. Celle-ci note que la direction du SRC lui a adressé à la mi-septembre 2014 un tableau récapitulatif qui recensait plus de 90 risques au niveau des divisions et environ 20 risques majeurs au niveau de l’office. Et elle ajoute: «La documentation ne faisait pas état de mesures concrètes prévues par le SRC pour réduire les risques. Selon le directeur du SRC, des mesures en la matière sont en cours d’élaboration.»

Aucune mesure concrète n’a donc été prise? Que nenni. «La délégation de la commission de gestion (DélCdG) ne nous a pas demandé les mesures prises pour pallier ces risques», déclare Isa­belle Graber, responsable de la communication du SRC. N’est-il pas étonnant que, près de trois ans après l’affaire de l’informaticien, toutes les mesures de sécurité internes ne soient pas d’ores et déjà appliquées? «Le Département de la défense ne commente pas publiquement les conclusions des rapports des commissions parlementaires», répond sa porte-parole, Karin Suini.

Un constat nuancé
Face à un SRC et à un Département de la défense dont la liberté de parole est entravée par la volonté de ne pas polémiquer sur la place publique avec une autorité de contrôle parlementaire, mieux vaut donc creuser la question avec un ancien président de la DélCdG, Pierre-François Veillon (UDC/VD), qui continue de suivre activement le dossier en tant que membre. Son constat? Nuancé. «Le SRC évolue dans le bon sens, alors qu’il a souffert d’une sous-dotation crasse de moyens par le passé. Pour la gestion interne des risques, des mesures sont déjà entrées en vigueur. Mais d’autres doivent encore nous être présentées.» Il trouve qu’un gros travail a été effectué pour améliorer la qualité des données sur les personnes ou associations représentant une menace pour la sécurité de l’Etat. En revanche, il formule deux craintes qui apparaissent également dans le rapport de la délégation: le controlling interne ne jouit toujours pas d’une indépendance satisfaisante et les effectifs du SRC ne seront sans doute pas suffisants pour assurer les nouvelles missions d’espionnage incluses dans la future loi sur le renseignement.

Qu’en est-il du risque humain au sein du SRC? Jeudi, le Département de la défense a souligné que tous les employés du service faisaient l’objet d’un contrôle de sécurité le plus élevé. Il a aussi assuré que les collaborateurs externes non contrôlés n’avaient pas accès aux fichiers ou aux locaux du SRC.

Tribune de Genève.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s