Macédoine : le gouvernement accuse le chef de l’opposition d’espionnage

Publié: février 3, 2015 dans Europe

Skopje – Le gouvernement conservateur macédonien a porté plainte samedi contre le chef de l’opposition de gauche, Zoran Zaev, l’accusant d’espionnage, alors que trois suspects dans cette affaire, dont un ancien chef des services de renseignement, ont été arrêtées.

Réagissant à ces accusations très graves, l’Union européenne a aussitôt appelé à une enquête impartiale, dans le respect des critères internationaux.

Une plainte a été déposée aujourd’hui contre Zoran Zaev et plusieurs autres personnes pour des délits d’espionnage et de violences contre des responsables des plus importantes institutions de l’Etat, a déclaré au cours d’une conférence de presse le Premier ministre macédonien Nikola Gruevski.

L’Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM), dirigée par M. Zaev, refuse de participer aux travaux du Parlement et réclame la démission du gouvernement. Ce parti affirme que les élections législatives anticipées d’avril 2014, remportées par le parti de M. Gruevski (VMRO-DPMNE), ont été entachées d’irrégularités.

Le chef du gouvernement a affirmé que M. Zaev s’était livré à un chantage à son encontre lors de deux entretiens en septembre et novembre 2014.

Il m’a alors (…) dit avoir collecté, en coopération avec certains services de renseignement étrangers, des retranscriptions des conversations téléphoniques de presque tous les dirigeants du pays, a-t-il poursuivi.

Je n’accepte pas les menaces, le chantage et ce genre de choses, a-t-il ajouté.

M. Zaev a publiquement réclamé la démission du cabinet Gruevski et affirmé qu’il entendait révéler des informations sur son gouvernement en assurant qu’elles auraient l’effet d’une bombe.

Pour la première fois dans l’histoire de la Macédoine indépendante (1991), les autorités ont empêché une tentative violente de destabilisation de l’ordre constitutionnel, a déclaré le ministre de l’Intérieur, Mme Gordana Jankulovska.

Dans le cadre de l’enquête, la police a arrêté ces derniers jours trois suspects, dont un ancien chef des renseignements macédoniens, Zoran Verushevski. M. Zaev n’a pas été arrêté.

A Bruxelles, Maja Kocijancic, porte-parole de la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a indiqué que l’UE avait été informée de ces accusations très sérieuses.

Nous demandons une enquête indépendante et transparente (…) dans le respect entier des droits des accusés, conformément aux droits et standards internationaux, a déclaré Mme Kocijancic dans un communiqué.

Le communiqué fait état également d’une préoccupation de l’UE en raison de la détérioration du dialogue politique dans ce pays balkanique et exhorte les partis politiques macédoniens à renoncer à des actions pouvant aggraver davantage la situation.

La Macédoine s’est vu octroyer en 2005 le statut de pays candidat à l’intégration dans l’Union européenne, mais elle n’a toujours pas depuis obtenu une date pour l’ouverture des négociations d’adhésion.

AFP.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s