La section est accusée de nombreux meurtres.

«Un Mossad dans le Mossad.» C’est ainsi que les spécialistes israéliens du renseignement décrivent «Kidon», la section spéciale notamment chargée des «liquidations» ordonnées par le service. A tort où à raison, «Kidon» est soupçonné d’avoir assassiné beaucoup de monde avant Mahmoud al-Mah­bouh. Parmi ses victimes supposées, plusieurs cadres de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), dont Abou Jihad, en mai 1988 à Tunis, et Fathi Shaki, le leader du Djihad islamique tué à Malte en 1995 par deux hommes circulant à moto. Au palmarès attribué aux agents de «Kidon» figurent aussi Imad Mugnieh, le responsable des opérations spéciales du Hezbollah décapité dans l’explosion de sa jeep le 3 février 2008, et le général Mustafa Suleiman, proche conseiller militaire du président syrien Bachar el-Assad, abattu six mois plus tard par un sniper posté sur un yacht croisant au large de Tartous (Syrie).

Source : Serge Dumont, Le Temps (Genève), 22 février 2010.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s