Cliquer sur l’image pour commander

La papauté suscite de nombreux fantasmes quant à sa secrète influence dans l’histoire occidentale.

On lui attribue souvent un rôle occulte et déterminant. Pour la première fois, un ouvrage rigoureux permet de rétablir la vérité des faits. Peuplée de têtes couronnées et de chefs d’État, de diplomates espions, de prêtres déchus et de mercenaires, cette fresque dévoile les ressorts peu connus de l’histoire diplomatique des XIXe et XXe siècles. De Pie VII, farouche adversaire de Napoléon, à Pie XII, accusé de complaisance envers le nazisme, l’auteur brosse une histoire de l’espionnage au service du Vatican.

On apprend que, pendant la Grande Guerre, l’assistant personnel du pape Benoît XV était un espion allemand et que, pendant la Seconde Guerre mondiale, les nazis ne reculèrent devant rien pour faire pression sur Pie XII et infiltrer le Vatican de faux prêtres. On y découvre par ailleurs que le Saint-Siège a parfois succombé à la tentation d’opérations clandestines, tantôt contre des catholiques jugés trop libéraux, tantôt contre le régime communiste d’URSS.
Enfin, l’ouvrage fait la lumière sur ce que savait le Vatican de la Shoah. Un sujet très sensible depuis la volonté de Benoît XVI de rapprocher les religions juive et catholique.

David Alvarez, Les espions du Vatican, Nouveau Monde éditions, 2009, 598 p., 9,50 €.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s